Home

Articles

Qui sommes nous?

En janvier 2007, naissait le Centre Socioculturel AGATE, fort de notre expérience de 10 ans dans le domaine de la jeunesse, enfance et petite enfance, avec l’appui de la municipalité et surtout le partenariat des associations locales, nous avons bâti notre projet autour de 4 axes : Famille-jeunesse, Insertion famille, Éducation populaire culture, Éducation populaire sport et santé.

Le Centre Socioculturel AGATE est sous les statuts de la loi 1901, il est régi par un fonctionnement démocratique. L’association AGATE est composée de trois collèges, premier collège : les membres de droit, bienfaiteurs et d’honneur ; le deuxième collège : les acteurs locaux et associatifs ; le troisième collège : les habitants et les usagers. Les membres adhérents sont ceux du deuxième et troisième collège à jour de leur cotisation.

Trois axes pour le Centre Socioculturel AGATE :

a) L’axe santé

- Objectif 1 : Développer des actions de prévention.

Les attentes du public en matière de prévention touchent à l'obésité et tout ce qui en découle : la prévention contre le diabète, les maladies cardiovasculaires, la prévention contre les  drogues, le tabac et l'alcool.

Dans une moindre proportion, la prévention contre le bruit a été citée.

Enfin la prévention contre l'inactivité et l'isolement est considérée comme une priorité et peut être une source de maladies psychosomatiques.

Développer des actions de prévention, c'est porter son attention sur deux aspects :

- L'hygiène publique qui détermine la qualité de vie, la qualité des aliments, de l'eau, l'environnement, les vaccinations, etc…

- Les comportements à risque comme le tabac, l'alcool, les déséquilibres alimentaires à l'origine d'une mortalité excessive par cancer.

Le partenariat reste ici important pour mener à bien l'objectif. Citons par exemple l'association Diab Hainaut, la Fédération Française de Cardiologie, la vie libre à Denain.

 

- Objectif 2 : Rendre les habitants acteurs de leur santé.

Cet objectif a été retenu du fait de l'expression des personnes qui se sont positionnées sur la nécessité de rendre pragmatique l'éducation à la santé. Selon leurs expressions, la santé a un coût et s'ils reconnaissent qu'une bonne santé c'est d'abord des habitudes alimentaires adaptées, le portefeuille a du mal à supporter cette adaptation. Ils soulignent que les recommandations ne sont parfois pas suivies d'effet dans les pratiques, idée de les rendre acteurs de leur santé, c'est de joindre l'utile (le coût) à l’agréable (la découverte de nouvelles saveurs). Les rendre acteurs, c'est s'appuyer sur des potentiels et des ressources personnelles ou sociales, adopter une approche globale.

Les rendre acteurs, c'est aussi conscientiser les visites chez les spécialistes en tenant compte des représentations culturelles. Il s’agit donc de valoriser l’habitant acteur avant les structures de professionnels qui les accompagnent.

Les atouts du centre pour servir cet objectif sont nombreux :

-          Des formations entreprises avec l'Institut Pasteur sur notamment l'équilibre alimentaire et petit budget.

-          Une approche globale centrée sur la personne et transversale à tous les secteurs.

-          Un partenariat avec le CESC du collège Jean Zay, l'ARS, les CCAS.

 

- Objectif 3 : Améliorer la réflexion sur la façon de se nourrir.

C'est la continuité de rendre les personnes actrices de leur santé. Ici, il s'agit de s'intéresser aux comportements collectifs, à la consommation, au rapport avec la publicité, aux plats préparés, au packaging ou marketing.

Sur cet objectif, il faudra là aussi être pragmatique et savoir étudier les étiquettes, la composition d'un plat tout préparé, l'impact de la publicité sur les comportements.

D'une manière générale, nous nous apercevons que l'axe santé est trans-thématique.

Il touche aussi bien à la parentalité qu'à l'insertion sociale (public d’immigrés vieillissants).

Outre les spécificités, il participe au maillage entre les personnes conformément aux missions assignées par les centres dans un souci de laïcité, d'égalité des chances et de mixité sociale.

L'atout demeure notre capacité à mobiliser les secteurs.

Enfin, le poste de référent famille en cours de formation ne peut que donner plus de pertinence et de cohérence à cet objectif.

 

b) L’axe parentalité

- Objectif 1 : Créer un relais avec l'Éducation Nationale

Cet objectif a été choisi parce qu’il répond à la demande des usagers mais aussi par la nécessité de composer avec les parents qui donnent aux apprentissages scolaires un vrai sens.

Notre action doit être concrète, pragmatique, efficace par l'expérience. Notre incursion dans le réseau REAAP d'arrondissement nous a appris à composer avec les personnes et à mettre en valeur des savoir faire. L’action que nous devons construire autour de cet objectif ne doit évidemment en aucun cas se substituer au travail des enseignants mais bien donner aux parents la juste mesure de ce qu’ils peuvent et doivent entreprendre dans l'éducation des enfants.

Il a été choisi en raison également du travail déjà établi avec l'Éducation Nationale, en matière d'aide à l'accompagnement, du périscolaire que nous souhaiterions transformer en Contrat Local d'Accompagnement Scolaire afin de formaliser ce travail avec l'Education Nationale et valoriser cet apport parental.

Derrière le mot relais, il faut y voir l'appui des parents auprès des enseignants et non pas une substitution de ce que fait un enseignant.

Les points forts de cet objectif demeurent nos échanges avec le collège et les formations engagées avec les parents bénévoles. Notre point faible reste la difficulté de mobiliser les parents qui ne trouvent pas toujours le collège adéquat aux échanges. Peut-être pourrions-nous à ce titre créer au centre un atelier parentalité plus efficace ?

Question / Comment construire une action qui engage mieux les parents ?

 

- Objectif 2 : Renforcer le lien parental

Il s'agit ici de prendre en compte une dimension qui n'est pas éducative au sens scolaire du terme mais davantage de faire référence à l'expérience et à l'exercice de la parentalité.

Les attentes des usagers s'expriment sur la dimension des droits et devoirs et sur la difficulté de suivre son enfant correctement surtout dans les familles monoparentales.

Il sera à travers cet objectif, question d'aborder les droits et devoirs des parents et également la dimension plus affective. En tous les cas, il s'agit de prendre en compte la relation parents /enfants. Il est évident que nous ne possédons pas toutes les qualités pour pouvoir répondre aux demandes particulières dans des relations parfois conflictuelles ou difficiles.

Le partenariat avec l'UTPAS et la création d'une permanence de l'assistante sociale peuvent combler nos lacunes. Il nous semble également indispensable de travailler avec la halte garderie et le médecin PMI que nous avons rencontré en 2012 et qui nous précisait que les parents lors de la consultation étaient disponibles à la discussion.

 

- Objectif 3 : Faire en sorte que le Centre soit un lieu ressource

Cet objectif peut répondre aux besoins exprimés par les habitants sur le manque d'accueil des enfants en bas âge. Si nous admettons que cet accueil est certes diversifié en France, il demeure insuffisant. L’arrivée massive des femmes sur le marché du travail à partir des années 1970 ne s’est pas accompagnée d’un développement suffisant des modes d’accueil et de garde pour les plus jeunes. Face à ce constat, selon les données CAF, Escautpont a un besoin potentiel de mode de garde de 30,4 % des enfants de moins de 3 ans. En effet, ceux-ci vivent dans des familles « couples 2 actifs occupés » ou «monoparentales actifs occupés».

Cependant, il apparaît que ce ratio est très inférieur à celui du valenciennois (38,2%) et l'écart se creuse encore d'avantage par rapport à l'ensemble du Département (45,2%), soit 15 points de différence.

L'objectif visé ne sera donc pas de multiplier les modes de garde mais d'offrir des ressources en termes d'échanges entre les modes de garde existants. Cet objectif tendra donc à optimiser l'existant pour permettre un meilleur éveil des enfants en bas âge. Le partenariat avec la halte garderie demeure, tout comme il peut s'envisager des collaborations avec les assistantes maternelles en place sur la commune, afin de rendre plus pertinent leur travail dans le but d'un éveil optimal.

D'autre part, cet objectif a été choisi en raison d'un rapprochement entre les générations à travers des actions menées déjà par le centre. Ici, la parentalité déborde sur la grand-parentalité d'où l'idée d'expériences innovantes à construire. 

 

c) L'axe insertion

- Objectif 1 : Favoriser la prise d'initiatives au travers de projets collectifs valorisants.

L'objectif visé mise sur la sociabilité et sur la citoyenneté.

Il table sur la capacité d'un groupe à prendre des responsabilités et de se dépasser pour permettre l'expression de l'intérêt général.

Il répond aux besoins exprimés par les habitants de donner la possibilité aux jeunes  notamment de s'exprimer par l'initiative, mais surtout de faire preuve de civisme et/ou de citoyenneté. C'est par l'expérience et l'effort que le jeune devient citoyen.

A travers cet objectif, c'est l'insertion citoyenne qui est offerte. La valorisation est ici de deux ordres :

Premièrement, elle permet une valorisation du jeune lui même qui trouve dans l'effort, un plein épanouissement personnel.

Deuxièmement, elle valorise une dimension plus solidaire à travers le projet qui peut s'apparenter à une démarche de solidarité, de développement durable ou d'entraide à travers la rénovation urbaine.

La dimension culturelle n'est pas oubliée dans cet objectif et peut susciter des prises en charges partielles ou totales.

L'atout du centre est d'avoir testé le programme et d'avoir suscité auprès des jeunes un engouement certain même si la visite du Louvre n'a pas enthousiasmé tout le monde.

 

- Objectif 2 :Assurer une mission socioéducative de prévention et de lutte contre l'exclusion en passant par une dynamique d'insertion sociale et professionnelle.

Fort des constats repérés par la ville et les acteurs sociaux, il apparaît comme évident de développer un projet pédagogique tenant compte des publics qu'on peut considérer comme « en voie de marginalisation » ou en situation « d'isolement ».

Ces publics sont en grande majorité des jeunes « en difficulté » touchés par un sentiment d'isolement et d'impuissance qui les conduit à la « non insertion ».

Face à cela nous nous devions d'adapter nos missions et développer des objectifs et actions venant répondre à cette problématique.

Cet objectif est donc relativement large car justement, il permettra de s'adapter aux multitudes de situations individuelles que nous pourrons rencontrer, mais toujours à un stade de «première approche » et toujours dans un souci de relais vers les partenaires plus compétents d'ou le terme « mission socio-éducative de prévention ».

De plus nous appréhendons l'individu dans toute sa globalité, de ce fait nous ne concevons pas de ne pas lier étroitement « insertion sociale » et « insertion professionnelle » en prenant en compte les différentes problématiques rencontrées.

L'intérêt de cet objectif est donc de remobiliser ces personnes « fragilisées », « isolées » en leur apportant de manière individuelle écoute, orientation appropriée (d'ou un partenariat à sans cesse renforcer), et valorisation avec dans certain cas, un basculement vers des actions collectives ou démarches individuelles valorisantes dont ils se rendront acteurs.

Néanmoins, même si il est vrai que cet objectif se développe essentiellement en relation avec le public « jeune » qu'on pourrait définir autour d'une fourchette 16/30ans, il est transposable sur un public plus âgé que peut accompagner la référente famille au travers de son accompagnement ou même le référent adulte pour tous.

La pertinence de cet objectif est donc dans le fait que la référente famille, le Poste AILE et le référent adultes pour tous, restent pour ces différents publics des interlocuteurs de proximité outillés pour pouvoir adapter leur écoute et relais vers des partenaires plus en lien avec la problématique ou demande rencontrée.

En dehors de l'aspect plus « individuel » cet objectif se développera autour d'objectifs opérationnels et actions qui seront plus adaptés à la démarche « collective » et encore plus ciblés vers « l'emploi » d'ou la « dynamique d'insertion sociale et professionnelle » étroitement liée, mais développée à travers des objectifs opérationnels différents.

 

- Objectif 3 : Rendre la culture accessible à tous.

Déjà dans le premier projet social, nous avions tenu compte de cet objectif.

A l'époque et donc en 2009, nous précisions la différence entre la culture de loisirs et la culture comme ouverture sur le monde. Nous ajoutions que la culture de loisirs ne fait appel qu'aux plaisirs immédiats et donc, au final à la consommation. Nous maintenons cette position mais aujourd'hui, nous devons admettre que la culture doit trouver auprès des publics quelques atomes crochus et qu'il ne servirait à rien de donner accès a la culture élitiste sans code et sans un minimum de préparation.

C’est pourquoi, les quatre ans passés et le nouveau projet social s'attache à valoriser les expériences culturelles qui ont trouvées échos auprès du public.

Il s'agit en l'occurrence du hip-hop et du théâtre qui ont trouvé un public, mais également permis une véritable expression artistique ou sociale.

Dans le nouveau projet, c'est sur ces deux volets que nous devons bâtir les projets mais toujours dans une dimension de découverte et d'efforts. 

Premièrement, la culture doit trouver sa source autour des envies des personnes et notamment des jeunes. Cependant s'agissant de découverte, l'accès à la culture demande un effort. L'accès à la culture est parfois éloigné des représentations onéreuses. L'accès à la culture par le département du Nord est à ce titre un exemple par l'ouverture gratuite une fois par mois des musées du Nord.

L'apprentissage est alors le levier qu'il est nécessaire d'activer pour impulser l'accès.

Le théâtre et le hip-hop ont montré lors de l'ancien projet de formidables marges de progression et un succès auprès de nos publics.

Le hip-hop a réussi à valoriser les jeunes mais aussi à les tourner davantage vers la création et l'expression et certaines scènes nationales à force d'effort, ont accepté de les produire sur scène. Aujourd'hui, plutôt que de parler de hip hop, on parle d'expressions artistiques autour de la danse.

Le travail méthodologique nous a permis de ne pas quitter les attentes des habitants et de définir précisément les objectifs visés à travers chaque axe. Il semble important de décliner chaque objectif général en objectif opérationnel en se remémorant chaque objectif développé.

 

 

 

 

 

Recherche

 Site internet de la ville d'ESCAUTPONT

www.escautpont.fr

Adhésion

Pour toute activité pratiquée avec le Centre Socioculturel AGATE, la carte d'adhésion est de :

  • 1,65 € (jeunes de 13/17 ans)
  • 3,30 € (individuelle + de 18 ans)
  • 6,55 € (familiale)

Adresse et Contact

Qui sommes nous ?

Horaires d'ouverture au public du Centre Socioculturel AGATE pour s'adresser à l'accueil :

  • Du lundi au Jeudi

      de 9h00 à 12h00

      et de 13h30 à 17h30

  • Le vendredi

      de 9h00 à 12h00

      et de 13h30 à 17h00

  • Fermé le Samedi

Contact :

Centre Socioculturel AGATE

1A Chaussée Brunehaut

59278 ESCAUTPONT

Téléphone : 03.27.30.38.70

Email : agate@neuf.fr

Les rendez-vous du mois

* Atelier Tricot et Couture : chaque Lundi de 14h à 16h

* Atelier Gym : chaque Mardi de 9h à 10h

* Atelier Santé & Bien-être : chaque Lundi de 10h à 12h

Aide aux collègiens & lycéens : chaque Lundi & Jeudi de 18h à 20h

Accueil de loisirs sans hébergement enfance des mercredis : chaque mercredi de 13h30 à 17h

* Atelier de Danse Urbaine Authentik 278, bouge ton quotidien : chaque mardi et jeudi de 17h30 à 20h

* Atelier Randonnée pédestre : chaque 1er et 3ème Jeudi de 9h à 11h

* Atelier Au Café des Âges : chaque 1er Mardi du mois de 14h à 16h (hors vacances scolaires)

www.joomlatutos.com
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
Go to top